post

Ils sont trois (-à gauche Sébastien CHAMBRU– puis de gauche à droite) : Jean-Jacques le père, Nicolas l’aîné et Antoine le cadet, trois personnages aux caractères si différents mais complémentaires. En ce jour de septembre, ils étaient tous là devant le chai, l’œil rivé sur le pressoir terminant une pressurée. « Vous tombez bien, on commençait à avoir soif! » 

Nous traversons alors le village pour aller déjeuner en leur compagnie dans leur réfectoire de vendangeurs. L’accueil est simple, vrai, sans fioriture. Jean-Jacques est la 4e génération de viticulteur à Fuissé. Il nous explique successivement l’histoire de sa famille installée au village depuis 1908, les ravages de la grêle du 13 avril dernier, les particularités géologiques de chacun des terroirs qu’il a glanés au fil des années. « Jadis, nous étions plein de petits domaines, mais les guerres, les successions et l’envol des prix du foncier favorisent l’avènement des grandes maisons », explique-t-il. Avec gouaille, Antoine complète le discours paternel : ils se chamaillent pour un dixième d’are par-ci, un dixième d’hectolitre par là. Qu’importe le ton est rieur comme souvent chez les Denogent. Nicolas intervient avec calme pour nous expliquer leurs projets de l’exploitation, les premières tendances de ce millésime 2016 qui a si mal commencé : « A choisir, il vaut mieux une grêle en avril comme on a eu, les contre-bourres sont reparties, on devrait sauver les meubles. » On ne s’étendra pas d’avantage, le pressoir doit être nettoyé pour la prochaine et déjà les deux frangins avalent leurs cafés et nous saluent.

Nous restons avec Jean-Jacques et surtout Anita, son épouse, restée silencieuse jusqu’alors. Elle insiste sur l’importance d’un restaurant comme L’Ô des Vignes pour un village, lieu de rencontres entre autochtones et étape gastronomique pour les nombreux touristes venus de loin admirer Les Roches. Elle termine alors en riant : « De Fuissé, rayonne le Monde ! »

10 912 thoughts on “Domaine Robert-Denogent

  1. Lost credit card care quality pharmacy coventry phone number Professor Sally Tracy of the University of Sydney, who led the research, said: “Case-load midwifery costs roughly £333 less per woman than current maternity care, with similar outcomes for women of any risk, and could play a major part in reducing public health expenditure… In women of any risk, case-load midwifery is safe and cost-effective.”