Fer de lance de la Côte Chalonnaise avec près de 700 hectares de vignes, Mercurey tiendrait son nom du dieu Mercure, dieu du commerce.
D’un phrasé tranché, François RAQUILLET nous fait remonter l’Histoire depuis le temps où les Romains cultivaient déjà la vigne dans ce vallon verdoyant.
Accompagné de son épouse Emmanuelle, il est la 13e génération de vignerons ici alors s’il
existe une personne qui puisse nous raconter Mercurey c’est bien Lui. Ce qu’il aime surtout, ce
sont les hameaux, 11 au total. Il nous les décrit un à un sur une vue aérienne en planisphère.
Durant ses explications pas question de tomber en panne de stylo, on sent l’homme pressé,
déterminé. Ses 35 années de labeurs au domaine l’attestent. Elles lui ont permis d’augmenter
progressivement la superficie de l’exploitation familiale atteignant aujourd’hui 16 hectares, dont 4
en blanc.

« Le blanc a le vent dans le dos, c’est vrai que sur certaines parcelles très argileuses il est
pertinent de faire du blanc. Ça je l’ai appris au fil du temps, car à la vigne comme au chai chaque
millésime nous fait évoluer » confie-t-il.
Côté chai justement, c’est assez éloquent. Le bâtiment se divise en trois parties, toutes trois
d’âge différent, comme le symbole de trois générations qui se succèdent. En pour cause, un court
instant, l’humilité cède sa place à la fierté quand il nous confie que Jeanne, la benjamine de ses
filles, réfléchit à rejoindre le domaine.

Quelle belle perspective pour celui qui au cours de nos bavardages nous avouera : « Je suis
amoureux de mon village ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *